3 raisons pour fêter les anniversaires

La plupart des fêtes sont organisées pour célébrer des réalisations ou dont liées à des évènements religieux. Or la fête d’anniversaire célèbre le jour de la naissance de quelqu’un.

Fêter son propre anniversaire est une tradition qui remonte probablement au début des années 1800.

Histoire des fêtes d’anniversaire

La fête d’anniversaire que nous connaissons aujourd’hui, avec beaucoup d’enfants, un thème, un gâteau, des jeux, a pris forme progressivement.




L’idée d’une fête qui inclut toute la famille et les amis a probablement commencé lorsque des membres aisés de la société victorienne ont organisé des fêtes pour montrer leur richesse et enseigner à leurs enfants l’étiquette appropriée.

Un anniversaire était une bonne occasion pour une fête où les enfants pouvaient apprendre les bonnes manières à table et comment danser.

Ces fêtes d’anniversaire victoriennes étaient extravagantes, grandes et organisées par la mère avec l’aide des serviteurs.

La première mention de bougies sur un gâteau figure dans les écrits de Goethe qui, en 1802, évoque la fête de ses 53 ans. Mais il faut attendre 1893 pour que la mélodie de « Joyeux anniversaire » soit inventée. Et 1924 pour que suivent les paroles.




Ce fête devient le rituel festif actuel et il pique tout à l’Eglise qui a tant œuvré pour le faire condamner, comme l‘écrit l’historien Jean-Claude Schmitt:

L’anniversaire a déplacé les rites liturgiques vers la sphère familiale: on se réunit, on allume des bougies, on chante… Connaître sa date de naissance fait désormais partie de la définition même de l’individu, et l’anniversaire est devenu un marqueur social, et le signe de sa popularité. C’est aussi la première socialisation du petit enfant

Durant des siècles, la date de naissance est donc ignorée, au profit du trépas qui donne lieu, chaque année, à des prières en mémoire du défunt.

Si la fête de naissance est condamnée dans l’Occident chrétien, c’est aussi parce que les pères de l’Eglise l’ont bannie, y voyant la résurgence du paganisme des empereurs romains qui avaient érigé la commémoration annuelle de leur naissance en une fête religieuse obligatoire, avec persécution des chrétiens refusant de s’y soumettre.

Si pour les empereurs romains leur fête de naissance était une fête religieuse, les anciens Grecs honoraient la déesse de la lune en faisant cuire des gâteaux ronds et en mettant des bougies sur eux pour imiter la lueur de la lune.

Plus tard, les Allemands ont modifié cette tradition pour créer des gâteaux à deux couches, surmontés de bougies, pour célébrer la naissance d’un jeune enfant. Les gâteaux étaient généralement faits de noix ou de fruits.

Les fêtes d’anniversaire aujourd’hui

Ces fêtes ont continué d’évoluer et, à la fin des années 1800, elles comprenaient des friandises, des divertissements et des sorties et activités guidées.




Au tournant du siècle elles ont commencé à être organisées autour de l’âge, imitant ce qui se passait dans les salles de classe des écoles publiques.

Ces fêtes sont vraiment devenues courantes dans les années 1950, quand elles sont devenues une partie attendue de l’enfance.

Sur un plan strictement théologique, avec la résurrection de Jésus-Christ, le temps est aboli. Nous sommes entrés dans l’Éternité dès aujourd’hui. Il n’est pas nécessaire de fêter les anniversaires.

Pour saint Augustin, le temps n’a pas d’être en lui-même, il n’existe que dans l’esprit. Il est une sorte d’éternité parce qu’il détermine le futur et le passé.

On peut dire aujourd’hui que l’anniversaire:

  1. invite l’enfant à grandir
  2. encourage l’adulte
  3. rassure la personne âgée qui a le sentiment d’être oubliée

Célébrer le temps qui passe est une façon d’honorer notre humanité et d’assurer à ceux qui nous sont chers qu’on ne les oublie pas.
Il est de bon ton de souhaiter un bon anniversaire à ses parents comme à ses amis.

Les souhaits sont généralement bien reçus: ils sont la preuve que ceux que nous aimons et apprécions pensent à nous.

 

à lire aussi:

→Droits de l’enfant: sont-ils vraiment respectés par les 196 pays membres de l’ONU?

→Le jeûne pour maigrir: 10 bienfaits prouvés par la science

→Spécisme et antispécisme: 2 définitions simples

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire