ACCOBAMS, un accord pour protéger les cétacées

L’ACCOBAMS, Accord sur la Conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente, est un outil juridique de conservation de la biodiversité basé sur la coopération.

Son objectif est de réduire les menaces qui pèsent sur les cétacés notamment en améliorant l’état des connaissances sur ces animaux.

Cet Accord intergouvernemental concrétise la volonté des pays Parties de préserver toutes les espèces de cétacés et leurs habitats dans l’aire géographique de l’Accord, en imposant des mesures plus restrictives que celles définies dans les textes précédemment adoptés.




ACCOBAMS est le fruit de consultations menées entre les Secrétariats de quatre Conventions :

  • la Convention de Barcelone pour la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée
  • la Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage
  • la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe
  • la Convention de Bucarest sur la protection de la Mer Noire contre la pollution

Tenant compte du caractère migratoire de ces espèces, l’Accord a finalement été conclu sous les auspices de la Convention de Bonn. L’ACCOBAMS a été signé le 24 novembre 1996 et est entré en vigueur le 1er juin 2001.




La zone de l’Accord est constituée de toutes les eaux maritimes de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente située à l’ouest du Détroit de Gibraltar.

Elle inclue le Sanctuaire Pelagos pour les mammifères marins en Méditerranée nord-occidentale  établi par la France, l’Italie et Monaco.

L’ACCOBAMS est le premier Accord qui lie les Pays de ces sous-régions pour un travail commun portant sur la conservation des cétacés. L’un des aspects novateurs de l’Accord est d’inclure dans son application les pays non riverains dont les navires exercent dans la zone des activités susceptibles de porter atteinte à la conservation des cétacés.

En 2010, les Parties à l’ACCOBAMS ont adopté une Résolution pour étendre en Atlantique l’aire géographique de l’Accord aux Zones Economiques Exclusives de l’Espagne et du Portugal.

En 2018, l’Accord compte 24 Parties : Albanie, Algérie, Bulgarie, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Géorgie, Grèce, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Portugal, Roumanie, Slovénie, Syrie, Tunisie, Turquie et Ukraine.

L’objectif de l’ACCOBAMS

Son objectif est de réduire les menaces qui pèsent sur les cétacés notamment en améliorant l’état des connaissances sur ces animaux, selon une liste de lignes directrices sur des différents sujets:

  • Lignes Directrices pour traiter l’impact du bruit d’origine anthropique sur les cétacés dans la zone de l’ACCOBAMS
  • Lignes Directrices pour des mesures techniques en vue de réduire les conflits pêche-cétacés
  • Lignes Directrices pour la surveillance de l’aire de distribution des cétacés, l’abondance et les caractéristiques démographiques des populations
  • Lignes Directrices concernant les meilleures pratiques et procédures pour gérer les épisodes de mortalité des cétacés dus a la pollution chimique, acoustique et biologique
  • Lignes Directrices pour une coordination en cas d’échouages de cétacés lors d’épidémies causées par des agents infectieux et des blooms phytoplanctoniques nocifs
  • Lignes directrices pour les programmes de surveillance destines a maximiser les chances de détection des impacts négatifs potentiels des activités d’observation des cétacés, sur les individus et sur les populations
  • Lignes Directrices pour la mise en place d’un label Pelagos-ACCOBAMS pour les activités commerciales de whale watching ( « observation des baleines », une forme d’écotourisme qui à pour but d’observer les cétacés dans leur milieu naturel).
  • Lignes Directrices pour l’observation des cétacés a des fins commerciales dans la zone de l’ACCOBAMS

 




Voici une vidéo réalisée par l’©ACCOBAMS pour sensibiliser le grand public à l’impact des déchets sur le milieu marin:

 

 

 

à lire aussi:

→Le crocodile: tout savoir sur le plus grand reptile

→Aigle: caractéristiques de cet oiseau prédateur

→Les éléphants en augmentation: 30 espèces classifiées au Kenya

→Biodiversité: comment sauver les primates du Gabon

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire