Bilinguisme précoce: quels sont les avantages pour les jeunes enfants?

Le bilinguisme est la capacité d’un individu d’alterner entre deux langues selon ses besoins. Par extension à un territoire, le bilinguisme est la coexistence de deux langues officielles dans un même État.

Un enfant qui naît dans un État où les deux langues officielles sont parlées et étudiées sera facilement bilingue, mais la coexistence de deux langues différentes peut se faire aussi dans un État où il y a une seule langue officielle: au sein du foyer, dans la vie privée d’une famille où un de deux parents parle une autre langue, par conséquence les enfants sont exposés depuis le début de leur vie à la langue officielle du pays où ils naissent et grandissent et à une deuxième langue, celle de l’autre parent.

Le bilinguisme constitue la forme la plus simple du multilinguisme, qui s’oppose à l’unilinguisme.

Le bilinguisme favorise la communication

Selon une étude psychologique, les jeunes enfants exposés depuis la naissance à plus d’une langue parlée à la maison deviennent de meilleurs communicateurs, car les enfants issus d’environnements bilingues interprètent mieux le sens d’un locuteur que les enfants qui ne sont exposés qu’à leur langue maternelle. Selon les chercheurs les enfants n’ont même pas besoin d’être bilingues eux-mêmes: par l’exposition à deux langues ils pourront développer des compétences efficaces en communication sociale.

Des études antérieures ont examiné les effets du bilinguisme sur le développement cognitif. Une étude notamment démontre les avantages sociaux d’être simplement exposé à plusieurs langues, car les premières expériences sociolinguistiques aident à perfectionner les compétences des enfants à considérer le point de vue des autres et leur fournir des outils pour une communication efficace.

Cette étude fait partie d’un programme de recherche plus vaste qui tente d’expliquer comment les humains apprennent à communiquer et le résultat démontre que  les enfants sont vraiment doués pour acquérir le langage mais ils ont besoin de plus d’outils pour être des communicateurs efficaces.

Une grande partie de la communication concerne la prise de perspective, et d’après cette étude les enfants exposés à au moins deux langues serait à l’avenir plus capables de considérer le point de vue de l’autre par rapport à des enfants exposés à une seule langue.

Les participants à cette études étaient des enfants monolingues et des enfants bilingues. Les enfants ont participé à un jeu: ils devaient déplacer un objet selon la demande de l’adulte. Les enfants monolingues déplaçaient le bon objet environ 50% du temps. Mais la simple exposition à une autre langue a amélioré la capacité des enfants à comprendre la perspective de l’adulte et à sélectionner les bons objets. Les enfants du groupe d’exposition ont sélectionné correctement 76% du temps, et le groupe bilingue a pris correctement le point de vue de l’adulte dans le jeu 77% du temps.

Une autre partie de l’étude à fait participer 72 enfants de 4 à 6 ans à une tâche de communication sociale. Les enfants étaient issus de l’un des trois milieux linguistiques:

  • monolingues (enfants qui n’entendaient et ne parlaient que une langue et avaient peu d’expérience avec d’autres langues)
  • expositions (enfants qui entendaient et parlaient principalement une langue, mais ils étaient régulièrement exposés à des locuteurs d’une autre langue)
  • bilingues (enfants qui ont été exposés à deux langues sur une base régulière et qui ont été capables de parler et de comprendre les deux langues)

Il y avait 24 enfants dans chaque groupe.

Chaque enfant qui a participé s’est assis d’un côté d’une table en face d’un adulte et a joué à un jeu de communication qui nécessitait de déplacer des objets dans une grille. L’enfant était capable de voir tous les objets, mais l’adulte de l’autre côté de la grille avait des carrés bloqués et ne pouvait pas voir tous les objets. Pour s’assurer que les enfants comprennent que l’adulte ne pouvait pas tout voir, l’enfant a d’abord joué au jeu du côté de l’adulte.

Pour le test critique, l’adulte demanderait à l’enfant de déplacer un objet dans la grille. Par exemple: « Je vois une petite voiture, peux-tu la  déplacer? »

L’enfant pouvait voir trois voitures: petite, moyenne et grande. L’adulte, cependant, ne pouvait voir que deux voitures: la moyenne et la grande. Pour interpréter correctement le sens voulu par l’adulte, l’enfant devrait tenir compte du fait que l’adulte ne pouvait pas voir la plus petite voiture et déplacer celle que l’adulte avait réellement prévue, c’est à dire la voiture moyenne.

Les enfants monolingues n’étaient pas aussi doués pour comprendre la signification voulue par l’adulte dans ce jeu, car ils ne déplaçaient le bon objet qu’environ 50% du temps. Mais la simple exposition à une autre langue a amélioré la capacité des enfants à comprendre la perspective de l’adulte et à sélectionner les bons objets. Les enfants du groupe d’exposition ont sélectionné correctement 76% du temps, et le groupe bilingue a pris correctement le point de vue de l’adulte dans le jeu 77% du temps.

Voici une vidéo qui explique le bilinguisme et le multilinguisme

La communication est sociale, l’exposition à plusieurs langues donne aux jeunes enfants une expérience sociale très différente, car le langage n’est pas seulement un ensemble de mots et phrases, derrière le langage il y a une culture, une façon de penser, de vivre et d’être. Apprendre la perspective des autres dès le plus jeune facilite le développement de compétences de communication efficaces.

Cette découverte a d’importantes implications politiques: elle suggère que l’éducation bilingue a des avantages pour la stimulation au langage, à la pensée, aux différents points de vue de chacun, à la communication qui devient efficace seulement si on sait reconnaître les perspectives de l’autre.

bilinguisme
© annie-spratt/unsplash

Certains parents semblent se méfier de l’exposition à la seconde langue pour leurs jeunes enfants. Pourtant, en plus d’apprendre une autre langue, leurs enfants pourraient involontairement recevoir une formation intensive en prise de perspective, ce qui pourrait faire d’eux de meilleurs communicateurs dans n’importe quelle langue.

 

à lire aussi:

→Association de bénévoles en aide aux enfants démunis

→Droits des femmes au Gabon: des nouveaux projets de loi

→Les albinos africains: pourquoi sont-ils persécutés

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire