Créer des terres d’opportunités: projet pour la restauration du Sahel

Créer des terres d’opportunités: transformer les moyens de subsistance par la restauration des paysages au Sahel. C’est le nom du projet financé par le ministère italien de l’Environnement, de la Terre et de la Mer au Burkina Faso, au Ghana et au Niger, dans le cadre du Mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Terres d’opportunités économiques

Ce projet, qui durera trois ans, de 2020 à 2023, est mis en œuvre par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)
Selon le UICN, le projet veut créer des activités génératrices de revenus pour les communautés locales, en offrant des possibilités économiques et une contribution durable à la restauration du paysage au Sahel, par le biais du développement d’une productivité agricole souciant de la protection des berges, des paysages et des services écosystémiques.

Au Ghana, 350 agriculteurs, dont 184 sont des femmes, ont bénéficié d’intrants agricoles (les différents produits apportés aux terres, qui ne sont pas présents naturellement dans le sol) tels que le maïs, les fèves de soja, les engrais organiques et inorganiques, ainsi que les semis d’arbres comme les mangues, noix de cajou, eucalyptus, acajou, pour la restauration sur 200 hectares dans 8 communautés dans 4 districts. Ces intrants ont été fournis aux agriculteurs par l’UICN, l’Agence de protection de l’environnement-EPA et le ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture-MOFA.

 

à lire aussi:

→L’arbre: pourquoi est-il important pour la planète?

→La Grande muraille verte d’Afrique: quels sont les freins à ce projet?

→Togo: transformation du gingembre en 2022

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire