Droits de l’enfant: sont-ils vraiment respectés par les 196 pays membres de l’ONU?

L’Assemblée de la Déclaration des droits de l’enfant a adopté le 20 novembre 1959 la  Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), qui a été signée en 1989 et ratifiée par 196 pays membres de l’ONU.

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE)

La CIDE a pour but de reconnaître et protéger les droits spécifiques de l’enfant:

Tout être humain âgé de moins de 18 ans, a le droit d’être protégé, nourri, soigné, éduqué, de s’exprimer, d’avoir des loisirs,…

Le Comité des droits de l’enfant est un organe composé d’experts indépendants qui surveille l’application de la convention par les États parties. Il vérifie aussi la mise en œuvre des trois protocoles facultatifs à la convention concernant:

  • l’implication d’enfants dans les conflits armés
  • la vente d’enfants,
  • la prostitution des enfants
  • la pornographie mettant en scène des enfants

Tous les 5 ans, chacun des 196 pays signataires doit remettre un rapport au Comité des droits de l’enfant sur ce qui est fait et devrait être fait concernant la mise œuvre des droits de l’enfant.

Les droits de l’enfant dans le monde

Partout dans le monde, des centaines de millions d’enfants sont privés de leur dignité, de leur liberté, de leur avenir et de leur enfance lorsque leurs droits ne sont pas protégés par les pays signataires.

L’Organisation internationale du Travail (OIT) estime que 218 millions d’enfants travaillent dans le monde. A ces enfants la possibilité d’aller à l’école est refusée, comme celle de jouer avec des amis ou de manger correctement et d’avoir une vie saine et épanouie.

Au lieu de cela, ils sont obligés de travailler de longues heures pour un maigre salaire.

De nombreux enfants sont exploités dans des lieux de travail dangereux et des actes d’exploitation tels que l’esclavage, le trafic de drogue, trafic d’organes, la prostitution et les conflits armés.

Ces environnements ont un impact négatif sur le bien-être et le développement d’un enfant et peuvent nier ses droits à la survie, à la protection et à l’éducation.

Quelques données pour comprendre que les droits de l’enfant sont bafoués par les 196 pays signataires de la CIDE:

  • Au Brésil, plus de 2 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans sont sur le marché du travail.
  • 1 enfant sur 3 en Papouasie-Nouvelle-Guinée ne termine pas l’école
  • 1 enfant somalien de moins de cinq ans sur 7 est gravement sous-alimenté
  • En Inde, il y a plus de 12 millions d’enfants qui travaillent, bien que d’autres estiment qu’il y en a 60 millions.
  • 300 000 enfants soldats existent dans le monde
  • Dans les pays les moins avancés, 2 femmes sur 5 sont obligées de se marier avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans

Manque d’éducation et sensibilisation sur le sujet des droits de l’enfant

En décembre 2019, la chaîne de supermarchés britannique Tesco a suspendu un fournisseur chinois de cartes de Noël caritatives après qu’un client a trouvé un message dans l’une des cartes disant qu’elles avaient été produites par le travail forcé.

Un groupe américain de défense des droits de l’homme a déposé une plainte contre des géants de la technologie, dont Apple et Microsoft, pour complicité dans la mort d’enfants en République démocratique du Congo forcés d’extraire du cobalt, un métal présent dans les téléphones portables et les ordinateurs.

En 2013, une usine de confection de cinq étages au Bangladesh s’est effondrée et 1 134 personnes ont perdu la vie. Beaucoup d’entre eux étaient des enfants. Environ 2 500 blessés ont été sauvés vivants du bâtiment. L’usine de confection était tristement célèbre pour fabriquer des vêtements bon marché en utilisant le travail des enfants, ainsi que pour battre le personnel, ignorer les règles de sécurité incendie et menacer de meurtre les membres des syndicats.

De telles tragédies démontrent l’importance de la transparence tout au long des chaînes d’approvisionnement des fabricants et à quel point il est crucial pour les fournisseurs et les acheteurs, comme nous, de prendre position contre le travail des enfants.

La protection, le respect et la réalisation des droits de l’enfant sont possibles si les familles, les institutions et les organisations gouvernementales sont éduquées et sensibilisées à ce problème, et surtout soutenues pour surmonter les défis des droits de l’enfant.

Au Bangladesh, il est habituel que les filles se marient tôt, même à 10 ans, elle sont forcées de se mariée. Pour ces petites filles, le mariage signifie être coupé de sa famille ou ne plus avoir la possibilité d’aller à l’école.

Les filles, dès l’âge de 15 ans, passent leurs journées à travailler derrière des machines à coudre, fabriquant des pantalons qui seront vendus à des magasins dans des pays à revenu élevé comme l’Australie, le Canada et les États-Unis.

Ces enfants travaillent dans des usines de confection dans de mauvaises conditions, où leurs droits sont niés. Sans avenir brillant en vue, cette exploitation d’enfant continue et se perpétue parfois de mère en fille et de père en fils.

 

 

à lire aussi:

→Association de bénévoles en aide aux enfants démunis

→Echarpe de portage pour bébé: une pratique africaine millénaire

→Il faut tout un village pour élever un enfant: la famille élargie existe depuis toujours

→Bilinguisme précoce: quels sont les avantages pour les jeunes enfants?

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire