L’épilepsie: 30 secondes de Mozart sont bénéfiques pour les personnes atteintes

L’épilepsie touche environ 1% de la population mondiale, et parmi ces personnes, plus de la moitié, souffrent d’épilepsie résistante aux médicaments.

En plus des convulsions et des comorbidités associées, les personnes atteintes d’épilepsie présentent une lésion corticale aiguë avec une  fréquence des crises et une altération de la cognition.

Mozart pour traiter l’épilepsie

Il existe de plus en plus de preuves de l’efficacité de la musique pour traiter les crises d’épilepsie, en particulier, selon des études, de la Sonate pour deux pianos en ré majeur (K448) de Mozart.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont mesuré l’influence du K448 chez seize sujets subissant une surveillance intracrânienne de l’épilepsie focale réfractaire (résistante aux médicaments).

Les chercheurs ont constaté une réduction des crises au cours de l’écoute de la version originale de la sonate K448 de la part des patients pendant 30 secondes.

Des réductions non significatives ont été observées dans toutes les régions du cerveau, à l’exception des cortex frontaux bilatéraux, la zone du cerveau impliquée dans les fonctions exécutive, telle que la prise de décision, la mémoire à court terme, la modération du comportement social et le contrôle de certains aspects de la parole et du langage.

L’effet Mozart sur l’épilepsie

Les chercheurs ont observé dans cette zone une augmentation de la puissance frontale pendant les transitions à partir de segments musicaux prolongés. Tous les autres stimuli musicaux présentés étaient associés à des altérations non significatives des dents. Ces résultats suggèrent que « l’effet Mozart K448 » dépend de la durée de l’exposition à la sonate et peut moduler préférentiellement l’activité dans les réseaux émotionnels frontaux, ce qui donne un aperçu du mécanisme sous-jacent à cette réponse.

Ces résultats encouragent l’évaluation continue du K448 de Mozart en tant qu’intervention non invasive et non pharmacologique pour l’épilepsie réfractaire.

Cet « effet Mozart K448 » réputé a été décrit pour la première fois en 1993 par l’équipe d’experts de Rauscher, lorsqu’ils ont démontré une amélioration sur une tâche spatiale lors de l’exposition à la sonate K448. Plus tard, Hughes et collègues en 1998 ont été les premiers témoins de « l’effet Mozart K448 » chez les personnes atteintes d’épilepsie en montrant que la sonate était associée à une activité épileptique réduite.

Les propriétés spécifiques à l’origine de « l’effet Mozart K448 » restent inconnues. Par conséquent, il existe une réticence générale à accepter pleinement cet effet en raison du mécanisme inconnu de K448 et des résultats passés hétérogènes qui sont probablement liés à l’utilisation de différents protocoles d’étude.

Réponse thérapeutique

Des études antérieurs ont démontré que la stimulation auditive à 40 Hz pouvait réduire les crises d’épilepsie.

Dans cette étude, les chercheurs ont émis l’hypothèse que l’obtention de « l’effet Mozart K448 » dépendrait d’une durée de stimulus plus longue et de segments musicaux internes prolongés. Ceci est basé sur la théorie selon laquelle les réponses émotionnelles résultent d’erreurs de prédiction de récompense positive.

Cette recherche pourrait guider les travaux futurs pour découvrir comment le K448 de Mozart suscite des réponses thérapeutiques, ce qui pourrait faciliter le développement de nouvelles thérapies musicales non invasives pour l’épilepsie.

Ecoutez la Sonate K448, sonate pour deux en RE Majeur:

 

Conclusions

Ces analyses ont également été motivées par la découverte que les régions frontales bilatérales étaient préférentielles pour « l’effet Mozart K448 » et la théorie de la musique et de l’émotion, selon laquelle les réponses émotionnelles positives seraient corrélées avec le traitement neuronal des modèles acoustiques dans les régions du cerveau frontal, et en plus cette étude a démontré que la réduction des crises dépend de la durée de l’exposition à la musique.

 

à lire aussi:

→Bilinguisme précoce: quels sont les avantages pour les jeunes enfants?

→Djembé: comment est-il né cet instrument africain?

→Ayurveda: les 10 bienfaits de cette pratique traditionnelle reconnue par l’OMS

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire