Le GIEC nous alerte: la montée des eaux accélère

Le GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, IPCC en anglais, vient de publier le bilan actuel des études sur l’influence des activités humaines sur le climat et les risques associés.

Un travail qui a pris trois ans aux 230 auteurs issus de 60 pays et qui nous alerte sur une situation préoccupante pour les prochaines années à venir.

Le GIEC démontre dans son dernier rapport que les activités humaines ont bien leur responsabilité sur les dérèglements climatiques, surtout pour ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre relâchées dans l’atmosphère depuis les débuts de la révolution industrielle, c’est à dire de 1750 à nos jours.

Les changements qui se sont produits dans l’atmosphère et dans les océans pendant ces années ont modifié la circulation atmosphérique et provoqué la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, l’acidification des océans, ainsi que l’augmentation des précipitations, et la diminution des habitats des espèces animales marines et terrestres.

Le GIEC dresse un rapport alarmant

Le GIEC dresse un rapport alarmant pour ce qui concerne les concentrations de gaz dans l’atmosphère, tant pour le CO2 que le méthane ou le protoxyde d’azote.

Un autre aspect préoccupant pris en compte par ce nouveau rapport du GIEC est l’augmentation de la température annuelle à niveau mondial.

Déjà signalé dans un rapport de l’OMM, Organisation météorologique mondiale, la température moyenne annuelle de la superficie terrestre et marine est susceptible d’être d’au moins 1 °C plus chaude que la température préindustrielle dans les cinq prochaines années et elle est susceptible d’être dans la plage de 0,9 à 1,8 °C.

Le niveau moyen mondial des mers a augmenté de 20 cm entre 1901 et 2018, avec un rythme qui s’accélère depuis les années 70, ainsi que les précipitations moyennes à l’échelle mondiale.

Ce dernier rapport du GIEC établit que

l’influence humaine a réchauffé le climat à un rythme sans précédent depuis au moins les 2000 dernières années

et encore

À plus long terme, le niveau de la mer devrait s’élever pendant des siècles, voire des millénaires, en raison de la poursuite du réchauffement des océans profonds et de la fonte des calottes glaciaires. Il restera élevé pendant des milliers d’années

Selon les experts du GIEC, un doublement de la concentration de CO2 dans l’atmosphère provoquera une hausse de la température dans une fourchette de 2,5 à 4,5 °C, en sachant que la température à la surface de la Terre continuera d’augmenter au moins jusqu’au milieu du siècle.

Si la communauté internationale remplit son engagement à réduire les émissions de CO2, la température pourrait ne pas dépasser le seuil de de 1,5°C pour atteindre à la fin du siècle le seuil de 1,4 °C, par conséquent le niveau marin moyen global s’élèvera d’environ de 28 à 55 cm, et non 3,7 mm par an, comme il est expliqué dans ce dernier rapport.

Le rapport du GIEC met en garde sur les rejets de méthane, le deuxième plus important contributeur au réchauffement après le CO2, en effet ce gaz à effet de serre (un précurseur d’ozone, un polluant atmosphérique qui a d’importants impacts sanitaires) a une capacité de réchauffement beaucoup plus puissante que celle du CO2, mais une durée de persistance dans l’atmosphère d’une dizaine d’années par rapport au CO2, qui a une durée de persistance d’une centaine d’années.

Le rapport nous alerte: il est

pratiquement certain que le niveau moyen mondial de la mer continuera à s’élever au cours du XXIe siècle

Rendez vous à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, où se tiendront les négociations cruciales sur le changement climatique dans le cadre de la COP-26, où les parties travailleront pour accélérer l’action vers les objectifs de l’accord de Paris et de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, notamment la réduction des émissions pour 2030, la protection et restauration des écosystèmes des pays les plus touchés par les changements climatiques.

 

à lire aussi:

→Quelle sera la température maximale dans les prochaines années?

→Climat: record d’émissions mondiales de CO2 en 2023

→Climat: la France condamnée à payer 10 millions d’euros

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire