Les masques africains: histoire et signification d’un art tribal

L’un des aspects les plus fascinants de la culture africaine est le masque. Dans les musées et les collections privées, ils sont considérés comme des objets artistiques appréciés pour leurs qualités esthétiques. Cependant, leur rôle dans la société africaine est plus fonctionnel qu’artistique.

Masques africains depuis la préhistoire

Les Africains fabriquent des masques depuis la préhistoire. Les premières preuves que nous avons de cet art en Afrique proviennent de peintures rupestres en Algérie à Tassili n’Ajjer.

Ces peintures montrent des masques qui ressemblent beaucoup à des masques contemporains d’Afrique de l’Ouest et datent d’il y a environ 12 000 ans.

Le plus célèbre masque égyptien est le masque funéraire en or du jeune roi Toutankhamon, qui a été placé sur sa momie et pèse environ 10 kilos: il a été réalisé avec de l’or et décoré d’un certain nombre de pierres précieuses.

Il existe trois types connus de masques représentant des dieux à tête d’animal de l’Égypte ancienne. Un prêtre portait un masque du dieu chacal Anubis lors des rituels funéraires, qui sont représentés dans l’art égyptien.

Les masques du dieu à tête de lion Bes ont également été utilisés dans les rituels, y compris peut-être les rituels de la puberté, comme représenté dans une tombe où un individu masqué accompagnait des garçons dansants.

Les prêtres portaient également des masques du dieu à tête de faucon Horus lors de divers rituels religieux.

Types et rôle des masques africains

Les masques africains prennent différentes formes. Certains sont très petits, certains sont grandeur nature et d’autres sont gigantesques.

Ils ne peuvent couvrir que le visage, ou passer sur toute la tête, couvrir une partie du torse, ou être une coiffe qui repose sur le dessus de la tête.

Certains masques représentent des animaux, soit sous leur forme, soit en utilisant des parties réelles d’animaux dans leur production, ou des figures humaines.

Pour ce qui concerne le rôle et la signification des masques africains, ils font partie d’un costume de cérémonie. Ils ne sont pas destinés à représenter des personnes réelles ou même des animaux.

Ces masques servaient de moyen pour les gens de communiquer avec le monde des esprits. Les esprits qui s’installent dans les masques peuvent être des ancêtres ou des entités naturelles.

Lorsque le porteur du masque met le masque, son identité est reprise par l’esprit représenté par le masque.

Les masques africains servent également d’outils éducatifs, dans le cadre de rituels pour enseigner les rôles sociaux et le contrôle physique ou pour régler les différends.

Tous les membres de la communauté sont tenus d’assister à des mascarades Igbo au Nigeria, où les individus masqués s’approchent des gens et leur racontent le mauvais comportement qu’ils ont eu

Les masques jouent un rôle central dans les mascarades, au cours desquelles les porteurs de masques dansent accompagnés de musique.

Les masques représentant les ancêtres décédés jouent un rôle important dans les funérailles africaines. Les masques sont également portés lors de rites de passage, tels que la circoncision des garçons ou lors de l’initiation dans des sociétés secrètes

Comment sont-ils réalisés?

Les fabricants de masques africains étaient souvent des agriculteurs ou des forgerons de métier ou des gens qui apprenaient comme apprentis auprès d’autres artistes, qu’ils payaient pour leur enseigner pendant deux ou trois ans.

Les familles ont souvent transmis la tradition de génération en génération. Dans la plupart des cultures, le fabricant de masques était un membre respecté de la société.

Les concepteurs de masques suivent généralement les conceptions traditionnelles, et en les copiant avec soin, les artistes croient qu’ils attireront des esprits à y demeurer

Les motifs géométriques et symétriques, comme des lignes parallèles, des courbes, des spirales et des formes cruciformes,  jouent souvent un rôle de premier plan dans la conception des masques africains.

Certains motifs distinguent les deux sexes, avec des coiffures bouffantes proéminentes indiquant les femmes. Parfois, les motifs représentent une scarification du visage qui est courante dans certaines cultures africaines.

Le bois est roi

Le matériau le plus important utilisé dans la fabrication de masques est le bois, car on pense que les arbres possèdent une âme et c’est donc un bon matériau pour abriter l’esprit du masque.

En plus du bois, les fabricants de masques africains travaillent avec de nombreux matériaux, notamment le laiton, le cuivre, le bronze, la terre cuite et la poterie émaillée, le raphia et les tissus.

Les éléments décoratifs qu’ils appliquent aux masques comprennent des coquilles de cauris, des perles, des os, des peaux d’animaux, des plumes et des fibres végétales.

Les pigments et les colorants utilisés pour colorer le bois sont des matériaux naturels tels que l’argile, les graines, l’écorce des arbres et les feuilles.

Sculpture

Les fabricants de masques sculptent les masques à l’aide d’un outil traditionnel appelé adze, un outil de coupe ancien et polyvalent semblable à une hache. Cet outil est utilisé depuis l’âge de pierre pour lisser ou sculpter le bois dans le travail du bois à la main, ou pour l’agriculture et l’horticulture.

Voici une brève vidéo sur les peintures rupestres à Tassili n’Ajjer, en Algérie:

Collections de masques africains

L’histoire de la collecte de masques africains a traversé plusieurs étapes depuis que les Européens ont commencé à collectionner des masques au 19ème siècle, pendant les incursions coloniales en Afrique.

Les Européens affichaient les masques dans les musées d’histoire naturelle aux côtés d’animaux taxidermisé, de restes de plantes exotiques et de fossiles, car ils étaient considérés des objets ethnographiques.

Au début du 20ème siècle, les mêmes masques ont été considérés comme des objets d’art et ont été exposés dans les musées d’art.

Certaines des plus grandes collections de masques africains se trouvent en dehors d’Afrique. Cependant, certains musées africains exposent également des collections de masques.

Parmi les musées où vous pouvez voir des masques en Afrique on peut citer le Musée national du Burkina Faso, avec ses 7 500 objets : vestiges archéologiques, bijoux, masques Bobo, statues Lobi et Sénoufo, instruments de musique, armes et outils agricoles, ou le Musée national en République démocratique du Congo, consacré à l’histoire culturelle des nombreux groupes ethniques et aux époques historiques du pays.

 

à lire aussi:

→Baobab: symbole sacré de la culture africaine

→Serpent: les significations d’un symbole

→Djembé: comment est-il né cet instrument africain?

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire