Quelle sera la température maximale dans les prochaines années?

La température moyenne annuelle à l’échelle mondiale, de la superficie terrestre et marine, près de la surface est susceptible d’être d’au moins 1 °C plus chaude que la température préindustrielle (terme qui désigne la température moyenne au cours des années 1850-1900) dans les cinq prochaines années et elle est susceptible d’être dans la plage de 0,9 à 1,8 °C.

Selon un rapport de l’OMM, Organisation météorologique mondiale, dans la période entre 2021 et 2025, au moins une année sera la plus chaude depuis 2016.

Pendant cette période, les régions des hautes latitudes et le Sahel devraient recevoir plus de précipitations et il existe un forte probabilité que des cyclones tropicaux surviennent dans l’Atlantique.

Le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas, explique dans une interview que ce rapport doit inciter les Etats à respecter rapidement les engagements des Accords de Paris, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre la neutralité carbone, en développant les énergies renouvelables et en soutenant les secteurs sensibles, qui sont les plus impactés par les climat, comme la santé, l‘eau, et l’agriculture.

Le secrétaire général de l’OMM, précise dans la même interview que

L’augmentation des températures se traduit par une fonte accrue des glaces, une élévation du niveau de la mer, une augmentation des vagues de chaleur et d’autres phénomènes météorologiques extrêmes, ainsi que par des répercussions plus importantes sur la sécurité alimentaire, la santé, l’environnement et le développement durable.

La température moyenne mondiale a dépassé la valeur de référence

D’après le rapport de l’OMM sur l’état du climat mondial, l’année 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, la température moyenne mondiale a dépassé de 1,2 °C la valeur préindustrielle de référence.

D’après le communiqué du Sommet du G7, qui s’est tenu au Royaume Uni du 11 au 13 juin, les engagements pris par les pays participants, dans une démarche d’action globale de sauvegarde de la planète pour le générations future, sont les suivant:

  • Protéger la planète en soutenant une révolution verte qui crée des emplois, réduit les émissions et cherche à limiter l’augmentation des températures mondiales à 1,5 degrés.
  • Développer des sources d’énergie à zéro émission, pas plus tard de 2050.
  • Arrêter les émissions collectives d’ici 2030.
  • Améliorer le financement du climat d’ici 2025, par des investissements dans les infrastructures vertes.
  • Conserver ou protéger au moins 30% des terres et océans d’ici 2030.
  • Approfondir le partenariat actuel en ce qui concerne un nouvel accord avec l’Afrique, notamment en l’appui du Fonds monétaire international aux pays qui en ont le plus besoin pour soutenir l’objectif d’atteindre une ambition mondiale totale de 100 milliards de dollars.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), est chargé de rédiger des rapports d’évaluation exhaustifs sur l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur le changement climatique, ses répercussions et les risques futurs, ainsi que sur les possibilités de ralentir le changement climatique. Le GIEC a déjà publié un rapport spécial sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C.

Rendez vous à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, où se tiendront les négociations cruciales sur le changement climatique dans le cadre de la COP-26, acronyme de la 26ᵉ Conférence des parties, qui réunit les pays signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Les parties travailleront pour accélérer l’action vers les objectifs de l’accord de Paris et de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, notamment la réduction des émissions pour 2030, la protection et restauration des écosystèmes des pays les plus touchés par les changements climatiques.

 

à lire aussi:

→La qualité de l’eau potable: un enjeu vital

→La Grande muraille verte d’Afrique: quels sont les freins à ce projet?

→Climat: la France doit respecter ses engagements

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire