Qu’est-ce que le vaudou? Poupées, aiguilles, rituels

Le vaudou, plus rarement appelé vaudouisme, est une religion originaire de l’ancien royaume du Dahomey, en Afrique de l’Ouest, issue des cultes animistes africains, est toujours largement répandue au Bénin et au Togo.

À partir du XVIIème siècle, les africains capturés dans cette région et réduits en esclavage, ont diffusé le culte vaudou aux Caraïbes et en Amérique. Le vaudou se retrouve sous différentes formes à Cuba, à Haïti, au Brésil ou encore aux États-Unis, et en Louisiane. Il s’est aussi diffusé en Afrique du Nord, où la forme la plus connue est le Gnawa, au Maroc, qui a mélangé le vaudou au folklore religieux berbéro-musulman.

D’après des études, de nombreuses communautés adeptes du culte vaudou existent dans le monde entier, la plupart sur le continent américain et aux Antilles.

Selon des études concernant l’histoire de ce culte, son nom provient du terme vodoun de langue Fon, langue employée au Benin, au Togo et au Nigeria. Aujourd’hui on emploie le terme vaudou, qui change d’orthographe selon les pays, en fonction de ce que les colons ont phonétiquement rapporté. Au Bénin ce terme n’existe pas, c’est le terme de langue Fon qui est employé pour désigner le culte.

Le vaudou désigne l’ensemble des divinités ou des forces invisibles vénérés par les êtres humains. Ce culte affirme l’existence d’un monde surnaturel, le monde de l’invisible et contient un ensemble des pratiques permettant d’entrer en relation avec celui-ci.

Pendant la période de l’esclavage et le colonialisme, aux africains était interdit de pratiquer leur religion et culture par les colons. Passibles de mort ou d’emprisonnement, ils étaient obligés de pratiquer en secret.

D’après des recherches historiques sur le sujet, les formes de vaudou pratiqués en dehors du continent africain sont souvent des variantes de la religion d’origine. En effet, les esclaves interdits de pratiquer leurs langues et cultes ont réussi a conserver une partie de leur patrimoine culturel, en le mélangeant a des pratiques de la religion chrétienne. Au contact du catholicisme romain apporté par les colons, le Créateur suprême du culte est associé au Dieu chrétien, donnant l’appellation Bondye (=Bon Dieu) et les Loas sont associés aux Saints.

Les divinités, à l’origine, sont constitués des forces de la nature et leurs relations renvoient aux puissances naturelles comme la foudre, la mer, ou le soleil. Le culte vaudou s’intéresse aussi à d’autres entités surnaturelles, telles que les ancêtres divinisés.

Dans ce culte il existe de divinités inférieures, pouvant entrer en communication et même collaborer avec les êtres humains, ces divinité, appelées Loas, se matérialisent dans des objets inanimés de la nature, tel les pierres et arbres, ce qui qualifie le vaudou de culte  animiste.

Selon des études, le concept de liaison dans la culture religieuse haïtienne est dérivé de la tradition congolaise du kanga, la pratique de lier son âme à quelque chose de tangible.

Le vaudou haïtien met l’accent sur le lien avec les anciens et le monde matériel, mais aussi sur l’unité avec les forces de la nature. Selon le principe du lien, il s’agirait d’une expérience simultanée du corps et de l’âme.

Rituel vaudou

Les rituels, pour leur charme, ont attiré la curiosité des chercheurs et des historiens, car la pratique de ce culte est liée à la colonisation: on a vu que les africains réduit en esclaves ont diffusé le vaudou partout où ils étaient. Il existe des études sur les rituels vaudou, qui expliquent l’importance du rythme, pendant le rituel ou les célébrations, pour attirer les situations et les résultats souhaités ou communiquer avec une divinité.

Chaque divinité a son propre rythme, pour cette raison pendant les rituels est utilisé le tambour, ou les mains, ou encore le chant et la récitation de prières.

Pendant les rituels, lorsque les chansons sont chantées, les esprits viennent visiter la maison, prennent possession des individus, parlent et agissent à travers eux.

Dans les maisons une place très importante dédiée aux ancêtres, pour le principe d’unité avec les anciens et la nature qu’on a déjà évoqué, les ancêtres sont liés à la vie de famille et à la terre.  Sur une table est placée une bougie blanche et un verre clair d’eau. Le jour de la commémoration d’un ancêtre ou d’un esprit particulier, on allume une bougie et prononce des prières. Les pratiquants de vaudou vénèrent la mort et croient qu’il existe une vie après la vie terrestre.

Les bougie sont aussi employé pour des rituels de magie noire ou blanche, donc pour “faire du mal” ou “faire du bien” à quelqu’un. En outre, il existe la magie rouge, on y recourt si on souhaite ensorceler l’être aimé, pour que le sentiment soit réciproque.

La poupée vaudou

Ce que la plupart des gens connaissent du vaudou c’est la poupée vaudou, qui est une poupée incarnant une personne. La poupée vaudou s’appelle à l’origine Dagyde. Cette poupée a l’apparence de la personne à qui l’on veut jeter un mauvais sort ou un sort amoureux.

Pour que le mauvais sort soit efficace et soit jeté contre la bonne personne, la poupée doit faire ressortir les particularités de la victime choisie et surtout elle doit renfermer à son intérieur un objet appartenant à la personne que l’on souhaite ensorceler. Pour fabriquer les poupées vaudou, il faut se procurer de différentes matières naturelles, par exemple une branche d’arbre ou des tissus. Toutes les actions ou les gestes qu’on fait sur la poupée doivent être ressenties par la personne victime de la sorcellerie, par exemple la piqûre d’une aiguille.

vaudou
© tracylundgren/pixabay

Par le biais d’une poupée vaudou, on peut jeter un sort touchant le domaine de l’amour, de l’argent, de la santé, ainsi que du bonheur. Le vaudou est souvent associé aux maléfices, au mauvais sort, mais il peut aussi être utilisé pour faire des bénéfices, par exemple contribuer à la guérison, forcer la chance, ou créer des liens amoureux.

Vous en savez un peu plus maintenant sur le vaudou et la magie noire, blanche ou rouge: c’est un monde fascinant, riche d’aspects intéressants, mais si vous avez envie de rentrer dans ce monde faites très attention aux charlatans.

 

à lire aussi:

→Serpent: les significations d’un symbole

→Baobab: symbole sacré de la culture africaine

→Le sens des rêves: comment les interpréter?

 

 

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire