Les Baye Fall: qui sont-ils?

Au Sénégal, il existe dans la ville de Touba, la confrérie musulmane des Baye Fall. Il s’agit d’une branche de la confrérie des Mourides fondée par Cheikh Ibrahima Fall.

Le mouridisme est une confrérie qui se caractérise par l’importance du lien entre le cheikh et son disciple, la pratique du dhikr, la poésie et la méditation, tous typiques du soufisme.

Les Baye Fall du Sénégal

Le mouvement Baye Fall du Sénégal est un culte musulman dérivé du mouridisme, il a été fondé par Ibrahima Fall, lui-même adepte du cheikh Ahmadou Bamba. L’engagement des Baye Fall est total et sincère envers l’œuvre de ce dernier.

Les Baye Fall revendiquent un désintérêt total pour les affaires du monde et, pour cette raison, vivent détachés de toutes possessions matérielles.

Pour eux le travail accompli ici-bas au nom de leur marabout les exempte des devoirs et obligations religieux puisque leurs œuvres leur ouvriront les portes du paradis.

Traditionnellement les Baye Fall portaient toujours un outil, comme un sabre ou une hache, pour les travaux agricoles, dont ils pouvaient se servir comme arme pour se défendre. L’administration coloniale française au Sénégal, au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, interdit le port d’armes blanches par crainte de leur utilisation lors de révoltes, ce qui explique le port du gourdin chez les Baye Fall d’aujourd’hui.

Les Baye Fall se caractérisent par leur grande ferveur, leurs  rituels religieux consistent dans la pratique du dhikr, des chants et louanges à Allah, au Prophète Mahomet, à Cheikh Ahmadou Bamba et ses descendants et à Mame Cheikh Ibrahima Fall et ses descendants. Ils ne font pas d’amalgame entre la religion musulmane et la tradition arabe car ils tiennent à la tradition africaine.

Le mouridisme comporte plusieurs branches dirigées par des califes ou des responsables moraux, qui dépendent eux-mêmes du calife général des Mourides. Chez les Baye Fall, la succession au titre de calife est héréditaire.

Les Baye Fall font le choix d’une vie communautaire qui repose sur les valeurs de respect, d’humilité et de partage et elle est tournée vers la spiritualité. Ils sont tolérants et ouverts vers l’acceptation de l’autre. Ils sont formés à l’école coranique depuis l’âge de 5 ans.

La vie de la communauté gravite autour du chef religieux, le marabout. Formé à travers diverses écoles traditionnelles le marabout Baye Fall est souvent un fin lettré mais aussi un homme d’action.

Ils respectent trois fondements: le travail, la discipline et la prière, exprimée dans chacune de leurs actions, surtout par le chant, mais aussi par la création artistique: peinture, musique, dessins, bijouterie.

Chaque année à Touba, ville capitale du mouridisme, des fidèles viennent du monde entier pour la grande cérémonie Baye Fall du Magal. Ils viennent des Etats Unis, d’Italie, de France, d’Espagne, et d’Afrique de l’Ouest pour faire le pèlerinage dans cette cité religieuse.
Chants et percussions puissantes résonnent pour commémorer le départ en exil au Gabon de Cheikh Ahmadou Bamba par volonté du gouvernement français en 1895, il s’agit de l’un des plus grands guides spirituels de l’histoire du Sénégal et cette célébration a une renommée internationale.

Voici une vidéo de la grande cérémonie Baye Fall du Magal:

 

à lire aussi:

→Massaï: peuple de bergers d’Afrique de l’Est

→Les albinos africains: pourquoi sont-ils persécutés

→Qu’est-ce que le vaudou? Poupées, aiguilles, rituels

→Djembé: comment est-il né cet instrument africain?

 

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur tumblr
Partager sur reddit
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire